Edouard Glissant

  • Ce texte réédité en créole et en français se veut un hommage à Édouard Glissant. La première version de Monsieur Toussaint, écrite en 1959, se présente comme une recomposition générale de l'atmosphère révolutionnaire à Saint-Domingue (la future Haïti) de 1788 à 1803, date de la mort de Toussaint-Louverture au fort de Joux, dans le Jura. Celui-ci avait commandé la révolte des esclaves de l'île et fondé le premier gouvernement noir. Son lieutenant Dessalines proclama l'indépendance de Haïti en 1804.

  • « D'Un champ d'îles aux Indes, on peut dire qu'Édouard Glissant accomplit une parfaite synthèse entre la conscience révolutionnaire et l'exigence d'une poétique nouvelle. Que les rapports mutuels de respect et de reconnaissance entre les peuples soient niés, et les hommes resteront muets "comme un poème sans verger" ; qu'ils s'instaurent, et la lumière avancera "d'un pas terrible". Le Champ d'îles, ce sont les Antilles. Terre de contrastes : splendide et dédaignée, opulente et pauvre, fière et asservie... Tout un peuple ici se voit retranché de sa vérité profonde, comme si le vieux martyre de sa déportation l'avait établi pour jamais dans l'impossible. Avec les Indes, soudain, le poète élève la voix la plus puissante qu'on ait entendue depuis Saint-John Perse. Ces six chants, qui nous rapportent l'histoire de Colomb, dont chacun érige un monument, marquent une immense métamorphose du langage et de la pensée. Au-delà des géographies, les Indes figurent la poésie elle-même dans son éternel conflit avec le monde. Les Indes sont de rêve. Elles vivent en nos profondeurs, dans ce royaume noir que le verbe, comme le soleil, doit éclairer. » Jean Paris

  • " Il n'y a de puissance que dans la Relation, et cette puissance est celle de tous.
    Toute politique sera ainsi estimée à son intensité en Relation. Et il y a plus de chemins et d'horizons dans le tremblement et la fragilité que dans la toute-force. "
    Cet ouvrage rassemble pour la première fois six textes :
    De loin...,
    Dean est passé. Il faut renaître. Aprézan !,
    Quand les murs tombent et
    L'Intraitable beauté du monde coécrits par Patrick Chamoiseau et Édouard Glissant ; et avec Ernest Breleur, Gérard Delver, Serge Domi, Bertène Juminer, Guillaume Pigeard de Gurbert, Olivier Portecop, Olivier Pulvar et Jean-Claude William le
    Manifeste pour un projet global et le
    Manifeste pour les " produits " de haute nécessité.

  • Édouard Glissant (1928-2011), poète et philosophe né en Martinique, est une référence majeure pour penser la mondialité aujourd'hui. Ses idées de créolisation et de Relation, commentées sur tous les continents et les archipels, ont bouleversé l'approche des identités et des cultures. Pendant les dix dernières années de sa vie, il s'est entretenu régulièrement avec François Noudelmann qui publie leurs discussions publiques et privées. Son inspiration philosophique, sa définition de la beauté, ses conceptions politiques sont au coeur de leurs débats. Ces entretiens offrent un apport essentiel à la compréhension de Glissant. Ils sont suivis par des articles sur des problèmes théoriques fondamentaux et sur des questions d'actualité, tels que la transmission sans universel ou les concurrences mémorielles.

empty