Diane-Gabrielle Tremblay

  • Produire plus avec moins, développer le potentiel maximal des ressources : la performance est l'un des aspects de plus en plus mis de l'avant dans les organisations. Les temps sociaux sont évidemment touchés par la demande d'engagement de plus en plus importante dans le travail. Cet ouvrage jette un regard nouveau sur les temporalités sociales en lien avec les injonctions de performance des organisations.

  • Le chômage et la précarité d'emploi sont des problèmes persistants dans notre société et cet ouvrage traite, entre autres, des diverses voies qui s'ouvrent pour tenter de juguler le phénomène. Peut-on améliorer la situation en aménageant ou en réduisant le temps de travail? Quel est le rôle de l'économie sociale? Quel est l'impact de la fiscalité, de la mondialisation et des politiques d'inflation zéro sur l'emploi? Comment donner voix au chapitre aux travailleurs?

  • L'auteure présente les spécificités de l'articulation travail-famille de trois groupes professionnels : les métiers d'infirmière, de policier et de travailleuse sociale. Le livre présente les résultats d'une recherche fondée sur des analyses statistiques réalisées à partir de questionnaires et d'entretiens.

  • La toute nouvelle édition de ce livre présente un état des recherches sur la conciliation emploi-famille, ainsi que les rôles que doivent assumer les entreprises et l'État en cette matière. Il nous invite à une réflexion globale sur l'aménagement du temps tout au long de la vie.

  • Une analyse des liens entre concertation et performance sociétale, par l'examen des modèles internationaux, en particulier la Suède et le Japon ; incidences pour les entreprises en regard de l'organisation du travail; la dimension territoriale de la concertation en matière de développement économique notamment en Italie. Des éclairages intéressants pour les étudiants et intervenants concernés par le développement socio-économique.

  • Dans la théorie économique standard, l'innovation est définie de façon très étroite et l'on s'intéresse peu au processus. L'ensemble des textes de cet ouvrage témoigne de la diversité des problématiques, de l'importance des ressources humaines et du rôle médiateur de l'entreprise dans le processus d'innovation.

  • Cet ouvrage présente d'abord les grands enjeux associés à l'articulation emploi-famille. Il aborde les rôles des divers acteurs que sont le gouvernement, les entreprises, les syndicats et les organismes associatifs et invite à réfléchir sur le rôle et les politiques des villes et municipalités en matière de temps sociaux et de conciliation. La situation du Québec est finalement mise en comparaison avec celle d'autres pays, dans quelques textes traitant de la France, des pays scandinaves, du Japon et de la Finlande.

  • Si rien n'est fait pour accroître la participation des travailleurs vieillissants, il pourrait y avoir des pénuries de main-d'oeuvre, mais aussi un problème de financement de l'État. C'est à cette problématique de l'emploi que s'intéressent les auteurs de l'ouvrage, qui dresse les tendances actuelles de l'emploi, propose des solutions pour maintenir les travailleurs âgés en emploi et expose les programmes et les politiques de fin de carrière de nombreux pays.

  • L'innovation est un processus continu qui peut être propulsé, ou freiné, par le système d'emploi. L'organisation du travail, les solutions technologiques utilisées, le mode de gestion des ressources humaines, tout participe au processus d'innovation.

    C'est sur la base de cette vision multi­dimensionnelle du processus d'innovation et de l'importance de la prise en compte des ressources humaines que l'auteure aborde l'innovation technologique, organisationnelle et sociale. Les premiers chapitres visent à renforcer l'appréhension théorique du concept d'innovation sur les plans socio­logique et économique. Des études de cas viennent ensuite illustrer la diversité des types d'innovation, mais aussi la multiplicité de ses manifestations, de ses effets et des éléments à prendre en compte dans son analyse.

    Qu'il s'agisse d'adaptation de pratiques d'organisation du travail « à la japonaise » au Québec, de l'importance des réseaux et de la coopération interentreprises pour l'innovation ou des effets de changements techno­logiques et organisationnels sur les hommes et les femmes de différents milieux de travail, l'ouvrage cerne toute la complexité de l'innovation et la variété des évolutions possibles.

  • Que sont les recherches partenariales et collaboratives ? Différant du mode majoritaire de recherche académique ou universitaire, ce type de recherches se fonde sur des coopérations entre acteurs hétérogènes, qui sont sources de co-construction de recherche et de co-production de connaissances. En France, le terme de « recherche collaborative » est utilisé, alors qu'au Québec, celui de « recherche partenariale » est privilégié. Pour l'essentiel, il s'agit de recherches associant, d'une part, les chercheurs universitaires dont la recherche est l'activité professionnelle et, d'autre part, des acteurs d'autres milieux professionnels, associatifs ou de la société civile, c'est-à-dire des acteurs en dehors des sphères universitaires ou apparentées. Cet ouvrage explore et approfondit ce champ de pratiques qualifié ici de « recherche partenariale et collaborative ». Ces recherches partenariales et collaboratives ne s'accompagnent pas toujours d'une volonté d'action transformatrice (comme c'est par contre explicitement le cas dans la recherche-action ou la recherche-­intervention) et peuvent avoir avant tout une visée cognitive et épistémique.

    L'ouvrage permet d'approfondir et de systématiser ces pratiques de recherche en les inscrivant dans les approches de recherche actuelles. Il offre des clés de compréhension et d'analyses essentielles pour prendre la mesure des intérêts et des enjeux, notamment scientifiques et sociaux, de ces recherches partenariales et collaboratives devenues ici un objet de recherche. L'ouvrage repose sur des collaborations internationales de longue durée, menées entre une vingtaine de chercheurs français, québécois et suisses issus de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales.

  • Comment les temporalités en émergence dans le contexte de nos activités quotidiennes, professionnelles et sociales changent-elles notre rapport au travail? Comment, dans un univers de l'emploi dont les frontières se sont progressivement effacées, les espaces et les temps sociaux se recomposent-ils? Les auteurs du présent ouvrage proposent une réflexion critique à partir de la double exigence qui transforme sans cesse ces frontières. Il y a celle des milieux, soit celle des environnements des entreprises privées et organisations publiques avec les contraintes d'organisation que génèrent leurs activités. Il y a aussi le défi pour les travailleurs qui, pour s'affranchir de ces contraintes, doivent imaginer et expérimenter des formes de conciliation entre les temps du travail, de l'épanouissement professionnel, ainsi que les temps sociaux et familiaux.

    Ce livre met en dialogue - pour tout lecteur issu du domaine de la sociologie, de l'entrepreneuriat, de l'économie, des sciences politiques ou autres - des enquêtes menées dans différents milieux du travail. Il va au-delà de la simple présentation de la variable temporelle et de ses incidences sur les réarrangements institutionnels et intuitifs des tâches dans les organisations; il tente de dresser un état des lieux des temporalités contemporaines qui ont progressivement reconfiguré l'emploi et les activités professionnelles telles qu'elles prennent forme aujourd'hui.

    Fractionnement des temps professionnels, dilution des frontières traditionnelles des horaires, brouillage de temps sociaux autrefois cloisonnés, mais aussi espace de travail et espaces sociaux et familiaux: autant de variables dont la prégnance semble incontestable sur notre rapport au temps et au travail.

    Diane-Gabrielle Tremblay est professeure à l'Université TÉLUQ et directrice de l'Alliance de recherche universités-communautés (ARUC) sur la gestion des âges et des temps sociaux.

    Sid Ahmed Soussi est professeur au Département de sociologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du Centre de recherches sur les innovations sociales (CRISES) - axe travail et emploi.

  • Les savoirs les plus vitaux pour les organisations ne peuvent être transférés uniquement par le biais d'une série de diaporamas. Ils doivent être développés par les employés au cours de leur travail. Communauté de pratique, mentorat, coaching et autoformation : ce livre vous propose une visite guidée dans l'univers de l'apprentissage fondé sur la pratique.

  • L'appel de textes pour ce numéro misait sur le caractère équivoque de certains termes. Le but était de réunir des contributions qui pourraient déborder les limites floues d'un champ d'étude portant sur la famille et les expériences familiales contemporaines. Reprendre l'idée sociologique classique de vie familiale incite à explorer l'évolution des phénomènes sociaux qui s'y rattachent. Pour dire les choses d'une manière contrastée, les sociologues ont d'abord conçu des types familiaux pour apercevoir, comprendre et prévoir les transformations de la vie de famille dans l'évolution des sociétés occidentales; puis ils se sont progressivement détachés de ce mode de saisie intellectuelle de l'évolution sociale pour souligner davantage la pluralité et le caractère changeant des situations familiales, incompatibles avec l'effort de classification et de prévision des formes de vie de famille. Après un temps de crise opposant les traditions, normes et modèles hérités aux appels à l'émancipation dans l'individualisme, comment la sociographie pourrait-elle renouveler la question générale de la situation et de l'évolution de la vie familiale? Cette question se pose aussi et plus spécifiquement pour la société québécoise dont les familles ont toujours évolué en marge des schémas théoriques importés des métropoles de l'Europe et des États-Unis. Plutôt que de dresser un bilan sommaire des études qui touchent la vie familiale au Québec, cette introduction pointe quelques horizons de recherche où elles pourraient s'engager.

  • La présente édition de Gestion des ressources humaines a été revue, actualisée et resserrée. Tout en se concentrant sur l'essentiel des modèles et en conservant l'angle contextuel de la GRH, elle oriente l'étude vers le fil directeur de l'analyse de ses « systèmes ».

    L'ouvrage présente l'évolution historique du concept et expose différents modèles théoriques de la GRH, en expliquant ses fonctions (recrutement, formation, organisation du travail, rémunération, évaluation). Les auteurs s'intéressent aux stratégies d'entreprises et au travail en équipe. Ils font appel aux modèles internationaux pour illustrer la diversité, mais aussi la cohérence d'ensembles des pratiques dans cinq pays : les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, la Suède et le Canada. L'ouvrage montre comment ces pratiques se situent dans leur contexte historique et contemporain. Des études de cas du secteur automobile de chaque pays permettent de comprendre la variété des pratiques de GRH dans un secteur. Des concepts nouveaux sont ainsi situés dans leur contexte national, puis étudiés dans leur application internationale : le juste-à-temps, le Ringi, le Kaizen, les cercles de qualité, la réingénierie, etc. L'ouvrage met en relief la diversité des approches mais aussi l'importance des acteurs sociaux et de l'environnement de l'entreprise pour expliquer les systèmes de GRH. Il traite enfin des relations existant entre la GRH et la performance des organisations, ainsi que de la transférabilité des pratiques d'un pays à l'autre.

    Cette nouvelle édition établit des liens entre les approches théoriques et les réalités de gestion dans des contextes qui parfois se ressemblent, parfois non, et qui génèrent des pratiques de GRH fondamentalement différentes. Elle intéressera tant les gestionnaires et les conseillers de ressources humaines que les syndicalistes et les employés confrontés à de nouvelles approches.

  • Cet ouvrage analyse, de façon critique, les thèses de Florida tout en proposant des élargissements et des approfondissements de certaines de ces idées. Il s'adresse aux décideurs publics, comme à tous ceux qui s'intéressent au développement local, régional et national, ainsi qu'au rôle des activités culturelles et artistiques dans le développement économique et dans l'aménagement des territoires urbains.

empty