Annie Le Brun

  • C´est au fil d´une vingtaine de chroniques libres, parues dans La Quinzaine littéraire à partir de 2001, et d´une dizaine d´autres textes que la plume tranchante d´Annie Le Brun prend ici la mesure des tendances intello-culturelles de notre époque. Ailleurs et autrement balaie ainsi un spectre très large : des observations sur la langue des médias («Langue de stretch») côtoient des réflexions sur l´alimentation («Gastronomie : qui mange qui?»), une tentative de réhabiliter des auteurs oubliés tels Éric Jourdan ou François-Paul Alibert («De la noblesse d´amour») alterne avec des attaques contre le «réalisme sexuel» et l´appauvrissement de nos horizons sensibles. Des expositions vues et des livres lus - souvent des rééditions d´oeuvres rares - alimentent une pensée en perpétuel mouvement qui s´intéresse autant à des figures comme René Riesel («La splendide nécessité du sabotage»), qu´à la déforestation en Amazonie, la lingerie de Chantal Thomass ou encore la lycanthropie... Et si Annie Le Brun ne manque pas de se référer à Sade, Roussel ou Jarry, c´est pour y trouver la distance qui lui permet de débusquer les formes toujours nouvelles que prend l´inacceptable de ce temps mais aussi d´exalter ce qui mérite encore de l´être. Non sans humour, elle nous présente une précieuse perspective : «L´increvable soleil de la médiocrité n´a pas fini de fasciner. Mais, s´il est un moyen d´y échapper, voire de le combattre, ne serait-ce pas de commencer à regarder ailleurs et autrement?»

empty