Alain Fine

  • Jacob fut un analysant (terme soulignant la fonction analysante du patient), marquant, passionnant, fascinant même, mais aussi questionnant ; qualificatifs faisant admettre cette nécessité d'écriture. Sa demande, son exigence d'analyse, impliquaient non seulement une souffrance psychique, mais aussi une souffrance physique due à une recto-colite hémorragique le forçant à une quête de causalité, à un besoin de sens à donner à ce désordre. Cette intrication a été un pôle attractif qui, associé lors de l'investigation à la saisie de capacités d'insight, d'auto-interprétation, de transfert, a fait accepter cette demande, a suscité un désir de prise en charge quelque peu transgressif. Cette acceptation, cependant, pouvait charger le processus du risque d'exacerbation somatique, ce qui n'a pas manqué. La notion d'acting-in somatique s'est ainsi imposée dans le processus. Les conséquences de troubles narcissiques allaient de l'autosuffisance (dérisoire) jusqu'à l'isolement affectif par défaut de reconnaissance de l'autre. Cette atteinte narcissique, sous le sceau d'un Soi à la fois grandiose et défaillant (à l'ombre d'une mère idéalisée), faisait aussi penser, au niveau théorique, à un affolement du spectre identitaire, à un axe narcissique de la dépression, enfin à l'engagement dans un narcissisme moral, notions qu'il importait, si possible, de relier à l'atteinte somatique...

  • Certaines approches anglo-saxonnes de la psychanalyse, historiquement marquées, américaines pour l'essentiel, se sont succédé, se superposant sans s'effacer et accentuant leurs déviances. Se voulant d'abord théoriques, elles ne sont pas sans conséquences sur les pratiques. Il en est ainsi, pour ne citer que celles-là, de la théorie de l'adaptation et du moi autonome, de celle de la relation d'objet, de l'intersubjectivité ou encore de l'analyse mutuelle, sans compter quelques autres... Parfois présentées comme approfondissements ou critiques ponctuelles du corps freudien, parfois comme reformulations voire comme refondations de la psychanalyse, elles n'apparaissent pas acceptables à nombre d'analystes, tant américains qu'européens, malgré des environnements culturels assez différents. En dépit ou en raison de ces conflits, elles offrent un ferment de débats et de controverses multiples, voire d'encouragements à des dérives qui ne sauraient être méconnues. Ne prétendant nullement à la neutralité, mais s'efforçant de conserver une certaine distanciation, cette monographie cherche à témoigner de ces controverses qui demeurent souvent mal connues de ce côté-ci de l'Atlantique. Elle en montre les enjeux de tous ordres, interrogeant certes les analystes, mais aussi toute personne qui reconnaît la psychanalyse comme fait culturel en mouvement.

  • Les troubles de la sexualité eurent un rôle privilégié dans l'invention freudienne ; ils se retrouvent encore souvent parmi les symptômes mis en avant par ceux qui consultent les psychanalystes. Même s'ils ne sont plus considérés comme la meilleure indication de la cure analytique, ils n'en fournissent pas moins des thèmes privilégiés aux associations qui s'y déploient. C'est ainsi que l'expérience analytique peut conforter l'importance de la psychosexualité et de ses avatars. Cette monographie n'est ni une nouvelle compilation, ni un recensement exhaustif et descriptif de ces troubles ; elle entend traiter d'une problématique essentielle, située au coeur de la réalité physique et psychique de l'humain.

  • L'identification est un concept central en psychanalyse, tant dans la théorie que dans la description et l'interprétation de la clinique. Comme tout processus psychique, elle ne prend sens qu'en tant qu'effet et mode de traitement de la pulsion. Penser l'identification c'est donc préciser à quels mouvements pulsionnels répond le fait de prendre en soi "un aspect ou un attribut d'un être humain qui vous entoure".

empty