Un pays sur les nerfs

( Aucun avis )

À propos

«?On trouvera dans ces pages des éclairages passionnants et érudits sur le Coran et ses dévoiements par le soi-disant imam Al-Baghdadi, sur le sens du texte sacré des musulmans, ses interprétations, les luttes dont il fut l'objet au viie?siècle entre les modernes et les obscurantistes, avec ce constat amer sans cesse renouvelé?: les progressistes perdirent la bataille, laissant prospérer une vision rétrograde du legs spirituel de Mahomet. Les attentats terroristes en France, comme les exactions de Daech en Irak et en Syrie, ont ­inspiré à Tahar Ben Jelloun des textes puissants, tantôt remplis de colère et d'émotion, tantôt écrits au scalpel froid d'une pensée rationnelle aux prises avec l'irrationnel.»
Éric Fottorino,
Directeur de l'hebdomadaire Le 1

/> Romancier, poète et essayiste, Tahar Ben Jelloun est un observateur attentif du monde arabe. Il est depuis 2008 membre de l'académie Goncourt, institution qui avait distingué son roman, La nuit sacrée (Seuil) en 1987.

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782815922906

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    140 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    348 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Tahar Ben Jelloun

Écrivain franco-marocain connu depuis son prix Goncourt en 1987 pour La Nuit sacrée et son engagement contre le racisme en France.
Tahar Ben Jelloun est né en 1944 à Fès, mais il a passé son adolescence à Tanger. Il étudie la philosophie à Rabat. Ses études sont interrompues par un séjour forcé de 18 mois dans un camp militaire. C'est là qu'il commence à écrire. Il enseigne dans des lycées à Tétouan, puis à Casablanca où il collabore au Magazine Souffles.
En 1971, à la suite de l'arabisation de l'enseignement, il s'installe à Paris pour y poursuivre des études de sociologie. Au départ, le séjour ne devait durer que trois ans, juste le temps de faire une thèse de 3e cycle de psychiatrie sociale sur les troubles mentaux des immigrés hospitalisés, mais rapidement il se met à écrire. Il publie en 1972 un recueil de poésie, puis son premier roman l'année suivante Harrouda. Il collabore régulièrement au journal Le Monde.


empty