Le tiers livre

À propos

Dans Pantagruel et Gargantua, les enfances, études, farces et guerres des deux géants, le fils et le père, et dans le Quart Livre cette navigation d´île en île vers le pôle, au pays où gèleront les paroles. Si le Tiers livre est si mal connu, c´est qu´il est seulement affaire de parole. On dirait un coup de bistouri : Rabelais est prêt à raconter l´embarquement des navigateurs, et dans le dernier chapitre ils s´embarquent effectivement. Mais, comme s´il n´avait rien prévu lui-même, au dernier moment tout le monde descend. Même, alors qu´on est censé être en utopie, de l´autre côté du monde, voilà qu´on se retrouve en vieille Touraine : le fou sera celui de la cour du roi, le juge viendra de Mirebeau, la sorcière on la prend dans ces landes qui seront encore de mauvaise réputation au XIXe siècle, à Panzoult près Chinon. On la lui a assez reprochée, à Rabelais, cette apparence incohérence narrative. Mais l´utopie, dont on vient, ne suppose-t-elle pas qu´on puisse faire confiance aux paroles qui la disent, ou la promettent ? On a aussi voulu rabattre le Tiers Livre a son point de départ rhétorique : Me doibs-je marier, ou non ? demande Panurge, à quoi invariablement Pantagruel répond : soyez asceuré de vostre vouloir.... La docte « querelle des femmes » qui avait agité le XVIe siècle s´était close près de 30 ans plus tôt : ce n´est pas le thème ni l´enjeu du Tiers Livre. Alors un premier niveau de farce, récurrente, soit. Mais c´est à un déploiement complet de toutes les strates de la parole qu´on va assister, et selon son locuteur. La parole des livres, celles des horoscopes. La langue du rêve, et celle des poètes. Le muet, la sorcière. Et chaque fois on renforce la mise : le médecin et le théologien, évidemment. Mais on ajoute le philosophe (stupéfiant Trouillogan). Et, ultime « incohérence » du Tiers Livre, on décide, à l´exact milieu du livre, de s´en remettre au fou, on ne parlera plus que de folie, mais comme ledit fou on va le chercher à la cour du roi (tiens donc), il n´arrivera comme par hasard que pour clore le livre... Alors choisissez : rien de facile, mais rien qui récompense autant. Livre à la fois le plus secret (suivez les occurrences du nombre 78...) et celui qui embarque le plus loin dans la naissance même de la fiction. On a reproduit ici l´exacte version initiale de l´imprimeur Michel Fezandat, Paris, en 1552, celle qui fait autorité, révisée par Rabelais lui-même, après la première édition de 1546. Autres pistes et liens : voir François Bon, Pour lire Rabelais. Et quelques extraits à haute voix. FB

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles de genre > Roman historique

  • EAN

    9782814500266

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    324 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty