J'ai beaucoup souffert de ne pas avoir eu de mobylette

À propos

Sous des titres aussi évocateurs que « Chômedu », « Vous voyez bien qu´il est bourré ! » ou encore « Noël au ballon, Pâques en prison », Jackie Berroyer recrée l´univers des banlieues des années soixante, ses prolos, sa misère, ses blousons noirs et ses « frangines », sa violence, et parfois sa tendresse. Ces portraits tragi-comiques initialement parus dans Hara-Kiri, revus et augmentés, composent un tableau saisissant de la vie quotidienne de « petites gens » et de figures pittoresques de la « zone ». La prose à la fois crue et réaliste de Jackie Berroyer évoque par de nombreux aspects celle d´un autre « chantre de la dèche et de la gueule de bois », Bukowski. Comme ce dernier, il excelle dans l´art de dénicher la poésie au milieu du sordide, l´humour au sein du désespoir. Maurice Pialat manifestait à l´égard de ces récits qu´il a souvent songéà adapter, une tendresse toute particulière. On comprendra pourquoi en lisant les mésaventures de ces « perdants magnifiques ».

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782749122090

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    202 Pages

  • Poids

    2 016 Ko

  • Distributeur

    Editis

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jackie Berroyer

Né à Reims le 24 mai 1946 A l'origine dessinateur industriel, Jackie Berroyer devient au milieu des années 70 critique de rock pour Charlie-Hebdo, puis Libération, Rock&Folk ou encore Actuel. A partir des années 80, sa plume caustique, son flegme et sa bonhomie lui valent d'être très sollicité dans le milieu du cinéma par les réalisateurs en quête de dialogues incisifs. Mais c'est surtout grâce à ses interventions de standardiste décalé dans l'émission-phare de Canal +, 'Nulle part ailleurs', qu'il accède à la popularité au milieu des années 90. Touche-à-tout, Jackie Berroyer est également écrivain et publie en 1992 'La Femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse', qui sera adapté au cinéma sous le titre 'Tempête dans un verre d'eau'. A l'écran, ses rôles en tant qu'acteur le montrent tantôt doux-dingue, tantôt prof de philo maladroit et indécis, souvent humoriste désabusé ; Jackie Berroyer s'impose comme une figure marquante du jeune cinéma d'auteur français. En 2005, l'acteur incarne un nouveau rôle à sa mesure dans le thriller belge 'Calvaire', où il ose une stupéfiante composition d'aubergiste psychopathe. Chroniqueur sur Canal +, scénariste et écrivain confirmé, comédien, cet artiste complet monte sur les planches début 2006, dans 'Ma Vie de jolie fille', spectacle mi-parlé, mi-chanté où il étale tout son talent, seul en scène.

empty