fr
Bookeenstore 0 Panier
Menu
chargement
chargement
chargement
chargement
chargement
chargement

L'Homme neuronal, trente ans après

Dialogue aves Jean-Pierre Changeux

de , ,

Editions Rue d'Ulm | | Fiche technique
6,99 €
Format EPUB | Adobe DRM (En savoir plus sur les formats)
Autres formats disponibles
6,99 €
Format PDF | Adobe DRM (En savoir plus sur les formats)
Téléchargement immédiat | Lecture multi-support

Résumé

Extrait

Les années 1980 : des années merveilleuses pour les neurosciences ?

Au début des années 1980, quand paraît L’Homme neuronal, la biologie moléculaire est reine et ses prétentions hégémoniques semblent menacer tous les autres secteurs des sciences biologiques ; les sciences du système nerveux central sont quant à elles encore dispersées, vieil héritage académique, en neurophysiologie, neuroanatomie et neurohistologie, neuroembryologie, neuropathologie… Ce n’est qu’à partir des années 1970 que l’on regroupera sous le terme de neuroscience toutes ces disciplines qui, jusque-là, étaient représentées dans autant de sociétés savantes autonomes, la plupart du temps cloisonnées de façon étanche. Le premier congrès de la Society for Neuroscience eut lieu à Washington en 1971, suivi quelques années plus tard, en 1974, à Munich, par la création de l’European Neuroscience Association et ses congrès annuels. En France, un colloque intitulé : « Bilan et perspective des neurosciences » se tint au Touquet en octobre 1980, à l’issue duquel la Société des neurosciences – société française – fut créée. Ce terme de neuroscience, qui sonne en français comme un mot barbare, est néanmoins bien construit ; il s’imposera alors définitivement.

À la fin des années 1970, après le boom des sciences cognitives aux États-Unis, l’expression « neurosciences cognitives » apparaît enfin, inventée par Michael Gazzaniga et Georges Miller.

Avec son titre provocateur, L’Homme neuronal est l’un des premiers livres grand public publié en français à avoir eu pour ambition de dresser le portrait le plus exhaustif possible des neurosciences – des neurosciences moléculaires aux neurosciences cognitives – et d’en esquisser les prétentions. Cet ouvrage, plus exactement ce que son titre révèle ou peut-être même revendique, ne manqua pas de soulever de multiples critiques passionnées, d’abord en France puis, deux ans plus tard, aux États-Unis dans sa version anglaise. Les plus nombreuses étaient favorables, quelques-unes réservées, certaines hostiles, d’autres, enfin, parfois injurieuses, à la limite de la calomnie.

Je voudrais tout d’abord insister ici sur les qualités intrinsèques du livre lui-même. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un ouvrage de « vulgarisation », ce terme ayant souvent acquis un sens péjoratif. Il est cependant accessible, par sa limpidité, à un large public. Et même si son succès de librairie pourrait le faire accroire, c’est d’abord une synthèse des travaux neuroscientifiques les plus récents, répondant aux critères les plus exigeants des spécialistes. À ma connaissance, aucune critique n’a jamais porté sur l’exactitude des résultats scientifiques mentionnés… Je l’ai moimême chaudement recommandé à mes étudiants pendant de nombreuses années et, aujourd’hui encore, je reste impressionné par sa justesse. Pas étonnant qu’il ait eu un tel retentissement, cité plus de mille fois, ce qui est un record pour un tel ouvrage scientifique.

Mais c’est aussi bien plus qu’une synthèse. Il a en effet une ambition anthropologique et philosophique plus large, invitant à une nouvelle vision de l’homme. C’est sur cet aspect, ce changement de paradigme, que la plupart des critiques porteront.

Sans retracer l’histoire des neurosciences en général et des neurosciences cognitives en particulier, ce qui nous entraînerait bien trop loin, je voudrais rappeler quelques éléments du contexte scientifique et, plus largement, du contexte culturel et idéologique de ces premières années de la décennie des années 1980. Cet élargissement, au-delà du domaine strictement neuroscientifique, s’impose compte tenu des implications philosophiques de l’ouvrage.

Aussi, permettez-moi un détour par la décennie 1970. Dans le sillage des critiques soixante-huitardes, ces années furent imprégnées d’une certaine suspicion à l’égard des sciences en général et marquées d’un peu de scepticisme quant aux bénéfices que l’on pourrait en tirer. Pourtant, cette attitude n’est point, comme auparavant, prise par ignorance ; ce ne sont plus les ignares ni les croyants intégristes réactionnaires qui se méfient de la science, mais, au contraire, des intellectuels, ceux que le prix Nobel attribué en 1973 à Konrad Lorenz irritaient à cause des sympathies qu’il entretint avec le nazisme, ceux qui se réunissaient autour de Jean-Marc Levy-Leblond et de sa revue éphémère, à la mort programmée, Impas-sciences (j’en étais), ceux qui imaginaient une science citoyenne, lisaient Ivan Ilitch et René Dumont, ceux qui, traumatisés par le souvenir de la guerre en Algérie, refusaient que leur recherche fut financée par la Direction des recherches et des moyens d’essais (DRME) de l’armée. Alain Touraine parlera en 1980 d’une « critique progressiste du progrès ». Il y avait comme une mise en cause des Lumières et de sa confiance en l’équation inexorable : progrès scientifique et technique est égal à progrès humain et moral ; on pensait plutôt, et je reprends ici une phrase d’un mémorialiste célèbre, que « la perception du bien et du mal s’obscurcit à mesure que l’intelligence s’éclaire, [que] la conscience se rétrécit à mesure que les idées s’élargissent ».

Lire la suite

9782728828074

Avis des lecteurs

Noter cet ebook :
Publier mon avis :
Fermer

Partager mon avis

Cybook Odyssey
Vous voulez lire « L'Homme neuronal, trente ans après » en toute mobilité ?
Lisez cet ebook sur une liseuse Bookeen.

Informations

Titre L'Homme neuronal, trente ans après - Dialogue aves Jean-Pierre Changeux
Auteurs , ,
Editeur Editions Rue d'Ulm
Date de publication 1 janvier 2016
Catégorie Histoire
Langue FR
Date de livraison Immédiat (à partir de la date de publication)

Droits numériques

Ean EPUB 9782728828074
Type de protection Adobe DRM
Ean PDF 9782728828128
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9782728805464
Haut