migrant permanent

À propos

François à la veille de ses trente ans revisite son enfance et les années de ses débuts d'enseignant dans le Valais, en Suisse. Au cours d'une semaine de Jachère, il retrouve Didier, un de ses anciens élèves qui fête ses vingt ans. A l'enracinement de Didier au lieu de ses origines, François, fils de diplomate oppose l'errance de pays en pays...Dieu, ce tiers auquel il leur arrive de penser, les dégage alors d'eux-mêmes. Pourront-ils pleinement respirer la vie ?

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782296147546

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    202 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Harmattan

  • Entrepôt

    Harmattan

  • Support principal

    ebook (pdf)

Hubert Auque

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Hubert AUQUE, auteur Français, Catalan d'origine ayant vécu une décennie en Suisse où il a publié son premier roman José (Joselito) qui a obtenu le prix Georges Nicole 1991. En parallèle de son activité d'enseignant – chercheur dans une faculté parisienne il a, outre trois essais, publié entre José (Joselito) et Trio pour violoncelle seul, trois autres romans, deux recueils de nouvelles et une pièce de théâtre.
Si ses romans situent les actions en des lieux qui lui sont chers, ils délaissent les entrées auto-biographiques. Trio pour violoncelle seul est un roman très documenté et, concernant Pablo Casals, en lien constant avec l'histoire de ce grand musicien, artisan de paix ; son époque, la guerre civile espagnole et particulièrement la situation des exilés, n'a pas été négligée, thème qui sera développé dans son prochain roman.
Aussi bien dans ses essais, dans ses nouvelles, ses romans, sa pièce de théâtre, son intérêt pour l'étranger est récurrent ; les protagonistes nous invitent à reconsidérer la condition humaine contemporaine qui ne peut plus compter sur les modèles passés ; loin de le regretter l'auteur les laisse exprimer leurs émotions, dire leurs peines et rester sensibles dans une société elle-même fragile et versatile.
La forme épistolaire est souvent privilégiée, l'auteur, comme Amélie Nothomb, stimulé dès son jeune âge par son père, est ainsi « entré en écriture. »

empty