Poèmes saturniens

À propos

Edition enrichie (Introduction, notes, annexes, chronologie et bibliographie)Des Poèmes saturniens, entendons qu´ils sont placés sous le signe de Saturne. Ils seront donc inspirés : il n´était pas inutile de l´affirmer alors que régnaient encore des versificateurs parnassiens. Ils seront aussi baignés d´une rêverie douce et savante, tandis que le poète tournera son regard vers l´intérieur. Point ou peu de récits ou d´anecdotes. Ici l´on se souvient, l´espace d´un sonnet, sur un air de chanson grise. Tout semble simple. Tout est savant, mais d´une technique si maîtrisée qu´elle a cessé d´être visible, au point que beaucoup s´y sont trompés. Verlaine est un poète à la fois immédiat et difficile. Il exige donc une annotation riche et précise, une attention à la langue et à la prosodie, alors, mais alors seulement, comme l´avait dit à peu près Ovide : « Maintenant, va, mon Livre, où le hasard te mène ! »Édition commentée et annotée par Martine Bercot.

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782253158851

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    222 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    461 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Paul Verlaine

1844-1896 La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.ÿEn 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.ÿVerlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

empty