Herland

Traduction BERNARD HOEPFFNER  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Un roman longtemps oublié à découvrir de toute urgence dans sa traduction de référence. Trois Américains, intrigués par des légendes locales, découvrent sur une haute montagne un petit pays mystérieux et, à leur grand étonnement, seulement peuplé de femmes. Ils sont les premiers mâles à visiter Herland en près de deux mille ans. Herland est l'une des utopies féministes les plus réussies jamais écrites. Paru en 1915, ce roman de la sociologue Charlotte Perkins Gilman, l'auteure de La Séquestrée, rencontra un grand succès en son temps avant d'être oublié pendant plusieurs dizaines d'années. Redécouvert par la nouvelle génération féministe des années 1960, il ne fut traduit en français qu'en 2016. Un roman culte du féminisme américain à découvrir absolument. " Un traité féministe sans concessions. Gilman s'aventure là où les progressistes du XXIe siècle n'osent pas aller, au nom de la diplomatie. "The Guardian

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782221241981

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    278 Pages

  • Poids

    1 098 Ko

  • Distributeur

    Editis

  • Support principal

    ebook (ePub)

Charlotte Perkins Gilman

  • Naissance : 3-7-1860
  • Décès :1-1-1935 (Mort il y a 85 ans à l'âge de 75 ans)
  • Pays : Etats-unis
  • Langue : Anglais (etats-unis)

Charlotte Perkins Gilman est née à Hartford le 3 juillet 1860 aux Etats Unis de Mary et Fréderick Beecher Perkins. Harriet Beecher Stowe, qui a écrit «La Case de l'oncle Tom», était sa grande tante. Abandonnée par son mari, la mère de Charlotte et ses enfants subsistent grâce au soutien de leur famille et de leurs relations. Passant de maison en maison, Charlotte vit une enfance assez difficile. Très vite, elle se lance dans l'écriture, dans le dessin et la peinture : une manière pour elle de s'évader. À l'age de 24 ans, elle épouse Charles Walter Steton. De cette union naît une fille, Katerine. En 1887, elle se sépare de son mari et lui laisse la garde de sa fille, une attitude bien peu conventionnelle pour une femme à l'époque.

empty