Le voleur d'eternite

( Aucun avis )

À propos

Il fut l'un des premiers aventuriers à traquer les vestiges de la Grèce antique. Un conquérant qui eut la folie - ou le génie - de s'emparer des chefs-d'oeuvre de l'humanité sur les rivages de la Méditerranée.

"On ne pourrait inventer un personnage mieux taillé pour la tâche, dira de lui en 1628 l'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople. Un esthète qui accueille tous les accidents avec un flegme inébranlable, qui mange avec les Grecs quand ils n'ont rien à manger, qui dort sur le pont avec les marins dans ses nuits les meilleures, et Dieu sait où le reste du temps. Un homme qui se met au service de tous les hommes et qui joue tous les rôles, patriarche avec les orthodoxes, marchand avec les Vénitiens, j'en passe, le tout pour arriver à ses fins... Un limier subtil qui navigue entre la sagesse et l'excès, un chasseur raffiné qui croise entre l'érudition et le crime." Sur les traces de cet oublié de l'Histoire qui a rempli de trésors les plus grands musées du monde, Alexandra Lapierre nous entraîne dans un mystérieux voyage. Des châteaux embrumés de la Tamise aux temples lumineux de la Grèce, des galeries des palais vénitiens au fin fond des geôles turques, et jusque sous le baldaquin de Saint-Pierre et les coupoles de Sainte-Sophie...

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles de genre > Roman historique

  • EAN

    9782221120132

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    526 Pages

  • Poids

    10 809 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Alexandra Lapierre

Alexandra Lapierre a fait des études de lettres à la Sorbonne. Puis, en Californie, elle obtient un diplôme de mise en scène Cum Laudae à l’American Film Institute de Los Angeles, où elle réalise trois moyens métrages. L’Association of American University Women lui remet alors une bourse d’études. À vingt-trois ans, elle obtient un Master of Fine Arts de l’University of Southern California et reçoit le Jack Nicholson Award pour un court métrage intitulé «Le Collectionneur de tableaux». De retour en France, Alexandra Lapierre poursuit sa thèse sur la femme fatale dans la littérature du XIXe siècle et y découvre le sujet de «La Lionne du boulevard», qui obtient le prix du Premier roman de la Fondation Paribas. Puis elle publie «Un homme fatal» et «L’Absent». Elle a déjà entamé alors cette minutieuse enquête de cinq années qui mènera au récit de la vie aventureuse et passionnée de Fanny Stevenson, femme de l’écrivain Robert Louis Stevenson. «Fanny Stevenson» remporte un succès considérable en France et reçoit le grand prix des Lectrices de «Elle». Alexandra s’installe ensuite à Rome pour y mener son enquête sur les traces de la fille d’Orazio Gentileschi, la scandaleuse Artemisia, qui la conduira jusque dans les archives du Vatican. «Artemisia» sera acclamé par la presse et couronné, à la Sorbonne, par le prix du XVIIe siècle. Après ce succès, Alexandra Lapierre nous fait visiter une extraordinaire Rome fin de siècle, cruelle et pleine de secrets, dans «Le Salon des petites vertus» puis raconte l’extraordinaire destin de William Petty, le premier archéologue de tous les temps, dans «Le Voleur d’éternité».


Avis des internautes

empty