Faire des choix ? les fonctionnaires dans l'Europe des dictatures, 1933-1948

À propos

Extrait La façon dont les fonctionnaires ont appréhendé la mise au pas effectuée par les dictatures dans les années 1930 appelle une série de réflexions préalables. Il a été rappelé notamment par le Président de la République combien la morale et l’éthique étaient centrales pour éclairer la question du choix. Cependant il est également admis que ces mêmes questions n’ont pas cessé d’être redimensionnées depuis l’avènement de la société moderne1. la morale et l’éthique ont connu depuis le XVIIIe siècle une forme de plus en plus différenciée, la morale renvoyant davantage à la conduite individuelle, l’éthique à la définition des règles de vie commune en société. la place de l’éthique elle-même s’est développée selon un registre nouveau en fonction des progrès constatés sur le plan de la sécularisation et du recul de la religion. Cette mutation en termes de valeurs a pris un relief particulier lors du passage à la société de masse qui a ébranlé l’ensemble de la culture occidentale dès les années 1900. Cette entrée dans la société de masse a été relevée par nombre de contemporains. Gustave le Bon y voyait sur un plan structurel une véritable mutation provoquée par l’ascendant désormais acquis par les foules, « peut-être une des dernières étapes des civilisations de l’Occident, un retour vers ces périodes d’anarchie confuse précédant l’éclosion des sociétés nouvelles »2. Beaucoup y percevaient les effets néfastes de la modernité et les potentialités réelles ou fantasmées d’une révolution qui serait conduite par les masses. le lien entre anarchie et « populace » avait été établi par l’anglais Matthew Arnold (Culture and Anarchy, 1869) et par Henry James dans The Princess Casamassima (1885). On y dénonçait les ravages occasionnés par la menace que faisaient peser les masses sur la culture et le pouvoir des anciennes élites3. Ce contexte permet de comprendre comment des élites plutôt libérales et conservatrices ont pu considérer que la dictature était une alternative à la modernité ou un modèle alternatif à la modernité.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799)

  • EAN

    9782110101754

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    328 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    762 Ko

  • Distributeur

    Numilog

empty