Petit éloge du bleu

( Aucun avis )

À propos

« Au fond, au fin fond de tout, le si justement célèbre IKB (International Klein Blue) est une prise en compte directe de la vie, hors de toute béquille discursive, un désir de coïncider dans l'instant avec la pulpe du réel. De quoi est-il question, vraiment, en ces altitudes bleuissantes, sinon d'une vie véritable et vivante perçue comme un viatique ébloui - d'une fusion continue entre pensée et sensibilité ?
Bleu des premières secondes de l'univers.
Bleu pour rêver plus juste. Bleu pour enlacer la vie.
Bleu pour n'en jamais revenir. »
Une immersion, en abécédaire, dans toutes les nuances sensibles du bleu.

  • EAN

    9782072845192

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 382 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Diffuseur

    Gallimard

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Zéno Bianu

Zéno BIANU est né à Paris, en 1950. Du Manifeste électrique (Soleil Noir, 1971) au Désespoir n'existe pas (Gallimard, 2010), il compose une ?uvre multiforme, forte d'une quarantaine d'ouvrages, qui interroge la poésie, le jazz, le théâtre et l'Orient. Ses poèmes ont notamment été publiés par Gallimard et Fata Morgana. Ses pièces et adaptations, éditées chez Actes Sud-Papiers, ont été représentées au festival d'Avignon (Cour d'Honneur), au Festival d'Automne et à l'Odéon-Théâtre de l'Europe, notamment L'Idiot, dernière nuit, avec Denis Lavant, et Un Magicien, avec Robin Renucci. Familier des poétiques orientales, il a publié deux anthologies de haikus remarquées (Poésie/Gallimard). Il a reçu le prix international de poésie francophone Yvan Goll en 2003 pour Le Battement du monde (Lettres Vives), le prix de poésie Maïse Ploquin-Caunan de l'Académie française pour Chet Baker (déploration) (Le Castor Astral) en 2009, le prix Omar Khayyam pour Le Désespoir n'existe pas (Gallimard) en 2011.

Avis des internautes

empty