La dernière nuit de l'émir

( Aucun avis )

À propos

Le 24 décembre 1847, l'émir Abd el-Kader (1808-1883) attend, dans le froid et la pluie, d'embarquer sur Le Solon qui a mouillé dans le petit port de Djemâa-Ghazaouët proche de la frontière marocaine. La veille, après une résistance de quinze années contre le corps expéditionnaire français, il avait signé sa reddition sous la promesse d'être conduit, avec quatre vingt seize de ses proches et compagnons, à Alexandrie ou à Saint-Jean-d'Acre.À travers la vie de l'émir, chef de guerre mais aussi chef d'état, poète, maître soufi et grand voyageur, Abdelkader Djemaï fait revivre une des épopées les plus marquantes du XIXe siècle.Les paysages d'Algérie qui ont vu naître et combattre l'émir, Tagdempt la capitale qu'il bâtît entre le Tell et le Sahara, l'impressionnante Smala, ville itinérante de vingt mille habitants, puis l'exil en France, en Turquie et en Syrie servent de toile de fond au destin d'un personnage exceptionnel, homme de progrès, de dialogue et de tolérance.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782021080131

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    155 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    143 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Média Diffusion

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Abdelkader Djemaï

Abdelkader Djemaï est écrivain. Il est né en Algérie, en 1948 et vit en France.Grand reporter durant plus d'une vingtaine d'années, (1970-1993), il a écrit ses premiers romans, Saison de pierres et Mémoires de nègre, en Algérie avant de s'installer en France en 1993. Devenu écrivain à plein temps, il a publié une quinzaine de romans, de récits et de nouvelles, notamment aux éditions Michalon ( Un été de cendres, 31, rue de l'Aigle, Sable rouge et Camus à Oran ). On lui doit aussi des récits de voyage L e Caire qui bat (Michalon), Pain, Adour et fantaisie (Castor Astral), Quartiers d'été (Le Temps qu'il fait) et Un taxi vers la mer (Thierry Magnier).Ses derniers ouvrages, Camping, Gare du Nord, Le Nez sur la vitre, Un moment d'oubli et Zorah sur la terrasse. Matisse à Tanger, ont été publiés au Seuil. La Dernière Nuit de l'émir vient de paraître aux mêmes éditions.Plusieurs de ses titres ont paru dans les collections « Folio » et « Points ».Philippe Lafond est né à Casablanca en 1949, il est reporter-photographe.Dès quinze ans il photographie l'Afrique, son continent d'adoption. Après un séjour parmi les peuples Peuls et Dogons de la boucle du Niger, Pygmées du Congo, il partage, pendant des mois, la vie séculaire des berbères du Haut Atlas. Premier photographe missionné par Géo, il signe aussi ses reportages dans Stern, La Repùbblica, El Pais, The Smithsonian, Le Monde et bien d'autres. De nombreux livres ponctuent son parcours, co-signés par de grands auteurs comme Fernando Arrabal, Jean-François Chaix ou Tahar Ben Jelloun : Haut Atlas l'exil de pierres, Ennedi un Eden au Sahara, Melilla, Citadelles du désert, L'Empire Khmer, Maroc les montagnes du silence ou encore Hué, la cité interdite avec un texte de Sa Majesté l'empereur Bao-Da. Ses photographies sont exposées à l'UNESCO, à Visa pour l'image, à l'Institut du monde arabe, aux Rencontres d'Arles, à la Biennale internationale de Turin, aux Nations-Unis à New York, au Festival l'?il en Seyne Villa Tamaris Centre d'art. En 2000 son court-métrage Un Eden au Sahara, est primé à Shanghai (Chine), à Banff (Canada). Sa participation à la protection des sites du patrimoine mondial a permis la classification de la cité impériale de Hué au Vietnam, du temple de Preah Vihear au Cambodge.

empty